Éliminer les barrières culturelles. Voilà le projet “Fatima 2.0”

07/11/2018 di Redazione

Le projet Fatima 2.0, un projet pilote déjà demandé par les institutions scolaires dans le centre-nord Italie et par les administrations qui veulent donner une réponse concrète aux problèmes émergés depuis quelque temps. Le projet prévoit un plan d’intervention applicable au niveau national. Il s’agit d’une intervention dans le domaine de la pédagogie sociale et interculturelle, aujourd’hui urgente pour créer une communauté cohésive et inclusive en particulaire des femmes immigrées et des femmes du subcontinent indien et africain.  En fait, après la mort de la jeune fille Hina Saleem et, ensuite, de Sana Cheema, le contexte dans lequel l’homicide a été exécuté est au centre du débat de l’opinion publique et aussi les problèmes de la coexistence entre cultures différentes, de l’intégration et du rôle de l’Islam, des traditions ancestrales et de la défense des droits humaines.

L’Associazione Nazionale Italia Pakistan, toujours caractérisée par son rôle de pont entre cultures différentes, a donné une réponse rapide d’haut niveau à ce phénomène désormais national. Il s’agit d’une réponse à la nécessité d’un chemin interculturel et d’un processus éducatif communautaire et participatif pour créer une intégration réelle  de la population féminine asiatique/africaine dans la société. Réaliseront le projet professeurs et spécialistes ayant déjà expérience dans le secteur éducatif/scientifique en Asie, avec le support de médiateurs culturels d’origine étrangère et de l’Association et aussi de l’Associazione Provinciale Pakistani Varesini. Le Consulat Général du Pakistan a donné s’approbation à l’initiative, vue l’importance du projet dans le domaine interculturel. Le projet Fatima 2.0 est nécessaire dans ce moment historique et culturel, pour faire face à ce phénomène – dit l’Associazione Nazionale Italia Pakistan- et ce phénomène sera contrasté par une équipe d’haut niveau, professeurs et spécialistes ayant expérience sur le terrain. L’interculture est un projet d’apprentissage continu (lifelong learning) qui crée compétences interculturelles dans une société plurale; apprendre à connaitre les autres est un processus habilitant et constitutif d’une identité intégrée dans le contexte où on vit.

Pasha Naeem, Président de l’Associazione Provinciale Pakistani Varesini: On a toujours fait attention aux problèmes qu’on trouve en lassant son pays pour un autre totalement différent ; avec ce projet on veut démontrer  qu’on est pour un’intégration complète et on sera toujours prêts à faire face à des cas comme ça qu’on rien a faire avec notre communauté.

La docteur de recherche Elena Nicolai (deux Doctorates et un Master sur l’Immigration) développera le projet; son support a été fondamental, parce qu’el a vécu au Pakistan longtemps et a collaboré à des projets de Coopération Internationale et de pédagogie interculturelle: pour un women empowerment et, par conséquent, pour créer un’ identité «féminine» de la population étrangère en Italie, il faut préalablement connaitre la culture de référence et celle où on vit, et l’aide réelle dans situations d’adaptation oppositionnelle. La population féminine d’origine étrangère a des particularités et des caractéristiques différentes de celles du contexte italien, et il faut mettre en place interventions spécifiques. En suit, son dernier livre «L’arbre des cailles», écrit pendant ses années au Pakistan, est la transposition narrative de thèmes liées à l’interculture et à l’immigration, et pour ça a été inclus dans le catalogue SIAF entre les livres qui donnent de crédits formatives.

COMMENTI