Italie, quand un VISA est impossible

07/11/2018 di Redazione

En Italie, selon les data de ISTAT, les mariages où un des deux mariés a origine étrangère sont près de 24.000 par an (12,4% des mariages en 2015). Il s’agit de familles normales, comme les autres: on rêve, dispute, pense à un avenir meilleur mais plusieurs d’entre elles ont un problème: le visa de tourisme pour leur membres de la famille pour participer au mariage ou aux autres fêtes. En fait, les couples mixtes Italien- étranger qui veulent inviter les membres de la famille du partenaire à des célébrations (naissance des enfants, célébrations, des simples visites) sont très pénalisées parce qu’il n’y a pas de règles pour gérer les demandes; c’est pour ça qu’on doit demander le visa de tourisme qu’est très souvent refusé sans aucune justification valable. La raison principale pour refuser le VISA est le «risque migratoire» et pour cette raison le marié italien (s’il peut payer) est obligé à faire appel au Tribunal de Lazio, en dépensant beaucoup d’argent.

Selon la loi, l’Ambassade a la discrétion totale sur le VISA et a la faculté de le refuser s’il y a le risque migratoire, même si la nécessaire documentation a été produite pour démontrer le contraire. Un cas récent qui finit bien a été publié par la presse nationale: c’est le cas de Roberta et Ousman, qui allient se marier mais la mère d’Ousman n’avait pas obtenu le VISA pour participer au mariage. Seulement grâce à la presse et à l’intervention du Maire le problème a été résolu.

«Aujourd’hui les couples mixtes sont une pourcentage significative de la population et sont en train d’augmenter. On a besoin de règles certes et écrites – dit Cristian Karim Benvenuto, dirigeant politique – je ne dis pas de faire venir les jeunes, mais au moins les parents qui veulent seulement voir ses fils. Ces familles ne sont pas de série B, est un droit inaliénable participer aux mariages, à les naissances, aider la fille ou la belle-fille au pendant et après la grossesse, simplement les visiter, quelle que soit la nationalité. Un fonctionnaire dans Le Bureau Consulaire ne peut pas prendre décisions à sa discrétion. Il y a des exceptions, des Ambassades qui travaillent bien. On est en train d’élaborer une proposition totalement différente de l’actuelle, et on la présentera aux institutions compétentes en demandant d’établir des règles et des dispositions à respecter».

COMMENTI